Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • [Vidéo] “Salaires, reconnaissance : mobilisation réussie pour l’aide à domicile”

    Dans un secteur où les salariées se mobilisent habituellement très peu, l’appel de la CFDT-Santé-sociaux à un rassemblement devant le ministère de la Santé le 26 novembre était un pari… qui a été remporté haut la main. Principale renvendication : une hausse de 1 % des salaires après cinq années de blocage.

  • Écomouv’ : la délégation CFDT reçue à l’Élysée

    Lundi 24 novembre, les représentants CFDT des salariés d’Écomouv’ ont été reçus par le chef de l’État. François Hollande s’est engagé à sécuriser la situation des salariés.

     

    La CFDT a rappelé l’urgence de trouver au plus vite des solutions pour le personnel, qui est placé dans l’incertitude depuis près de deux ans. En réponse aux questions de la délégation constituée  des responsables CFDT des salariés d’Écomouv et du syndicat lorrain S3C (Communication Conseil Culture CFDT), François Hollande a assuré que l’État s’engagerait à sécuriser la situation des salariés.

     

    Des reclassements tenant compte de leurs compétences spécifiques sont envisagés. Le chef de l’État a non seulement évoqué le marché du travail local, mais aussi d’autres pistes liées à la réutilisation des portiques à la SNCF ou dans certains services publics.

    Selon François Hollande, le reclassement est un des éléments incontournables de la négociation menée actuellement avec le consortium Écomouv’, dans le cadre de la résiliation de son contrat avec l’État.

     

  • Jeunes des quartiers : la CFDT passe à l’action

    Face au délit de faciès dont sont victimes de nombreux jeunes des quartiers populaires, les initiatives de la CFDT se multiplient dans les régions. Exemple en Île-de-France.

     

    En organisant en mai dernier son premier Forum pour l’emploi des jeunes à Créteil (Val-de-Marne), la CFDT-Île-de-France voulait « dépasser le cadre de l’entreprise stricto sensu. Accompagner concrètement l’insertion des jeunes les plus discriminés dans la vie professionnelle. Bref, être là où on ne l’attend pas forcément », résume Diego Melchior, porteur du projet. Avec 400 participants, l’Union régionale CFDT peut se targuer d’avoir rempli son objectif.

    ForumeEmploiPDLL PhotoMocabSaadi
     

     

  • Papeterie Arjowiggins : la CFDT revendique plus de transparence

    Laurent Berger est venu écouter et soutenir les militants d’Arjowiggins et d’Arc International, en attente d’un repreneur. Tous réclament l’accès aux informations indispensables pour négocier.

     

    « Il est déterminant que les représentants du personnel qui veulent négocier soient associés à ce qui va être décidé ». En déplacement dans le Nord-Pas-de-Calais mardi 25 novembre, Laurent Berger a exprimé son soutien à l’équipe CFDT-Chimie-énergie de la papeterie Arjowiggins de Wizernes (62). Le site, qui emploie plus de 300 personnes, est en attente d’un repreneur.

    Germain Crogiez, délégué syndical central, a interpelé la direction : « Pourquoi n’y a-t-il plus qu’un seul repreneur potentiel au lieu de deux ? Il y a un manque de transparence sur le processus de reprise ».

    À ses côtés, Laurent Berger a placé la direction d’Arjowiggins face à ses responsabilités : « Vous mettez les représentants du personnel dans une situation intenable. Comment peuvent-ils négocier un PSE s’ils ne disposent pas de toutes les informations ? »

     

    « Nous n’avons pas été écoutés »

    Les militants CFDT avaient alerté depuis longtemps sur les risques que présentait le site : « Pendant des années, des outils ne fonctionnaient pas et l’investissement dans la recherche/développement était insuffisant pour lancer des produits innovants. Malheureusement, nous n’avons pas été écoutés. Il aurait fallu envisager une restructuration plus tôt ».

    Une négociation en vue d'un accord sur un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a débuté en octobre.

    Toutes les organisations syndicales représentées sur le site ne sont pas prêtes à participer à cette négociation aujourd'hui. Mais « à présent, la majorité des salariés d’Arjowiggins veut un PSE. Nous sommes prêts à négocier, souligne Germain Crogiez, à condition de disposer des informations nécessaires. »

     

    « C’est souvent dans la presse que nous découvrons des informations »

    Venus manifester leur solidarité, les militants CFDT d’Arc international ont fait part d’une situation identique : « C’est souvent dans la presse que nous découvrons des informations et actuellement nous sommes dans le flou », constate Daniel Parker, délégué syndical.

    Les 5 500 salariés sont dans l’attente depuis qu’une dette a été annoncée par le leader des arts de la table il y a un peu plus d’un an. Selon le groupe, un repreneur devrait faire une offre mi-décembre, après qu’une offre a été brutalement retirée en octobre, interrompant la négociation.

     

    « L’absence d’information est anormale. Une transition, ça se prépare. Toutes les entreprises n’ont pas encore compris que l’information partagée dans le cadre du dialogue social renforce la compétitivité », a souligné Laurent Berger, appelant à ce que la CFDT « poursuive son action coordonnée auprès des entreprises, de la région et de l’État pour permettre les transitions. »

    nfigarol@cfdt.fr

     

  • CONFERENCE ENVIRONNEMENTALE 2014 - Pour un nouveau modèle de développement axé sur la qualité

    La CFDT, très investie sur les enjeux de la transition écologique portera dans sa participation aux trois tables rondes : Climat /Transports et mobilités/ Santé et Environnement de la conférence environnementale 2014, ses propositions pour un nouveau modèle de développement axé sur la qualité

     Pour la CFDT, ce nouveau modèle axé sur la qualité appliquée à toutes les activités économiques et humaines s’impose : qualité du travail et des emplois, qualité du cadre de vie dans le logement, les transports et l’environnement, qualité des écosystèmes qui contribuent à la santé de tous.

     Ce défi ne pourra être relevé sans une qualité des fonctionnements démocratiques et sociétaux. Le dialogue social et la concertation multi-partenariale sont les seules voies à même de promouvoir l’intérêt général, avec la participation de citoyens libres et responsables.

     La CFDT souhaite que les feuilles de routes issues des tables rondes s’inspirent de ces orientations qui font sens et permettent aux salariés d’être acteurs de la transition écologique.

     Il faut dès aujourd’hui passer aux actions concrètes pour le Climat, la mobilité de demain et la santé de tous.

     A la veille de la conférence de Paris sur le climat, la France doit montrer l’exemple dans ses engagements pour la construction d’un avenir socialement responsable.

  • Dialogue social : une séance utile, des marges étroites

    La troisième séance de négociation sur la qualité et l’efficacité du dialogue social est entrée dans le vif du sujet. Le Medef va devoir faire bouger sérieusement les lignes d’ici à la prochaine séance du 11 décembre.

     

    « Nous sommes enfin entrés dans le vif du sujet. Il était plus que temps », a déclaré la secrétaire nationale Marylise Léon, chef de file de la délégation CFDT, à l’issue de la troisième séance de négociation sur le dialogue social, le 21 novembre.

    Le document envoyé le 19 novembre aux organisations syndicales (lire l’encadré ci-dessous) par le seul Medef – la CGPME et l’UPA ayant refusé de cautionner ses propositions sur les entreprises de 11 à 49 salariés – « n’est pas acceptable en l’état », a-t-elle précisé.

                 
                 

     

    La CFDT a d’ailleurs pointé « des problèmes essentiels » – confusion entre « dialogue social direct » et « indirect » –, rien sur les entreprises de moins de 10, enfermement des organisations syndicales dans l’instance unique – et « des nouveautés regrettables » :

    -  flou des missions du conseil d’entreprise et de son éventuelle commission HSCT par rapport aux instances existantes,

    -  disparition des délégués syndicaux dans les entreprises de moins de 50, financement

    - délais de l’expertise,

    -  flou sur ce qui est obligatoire et ce qui devient optionnel, etc.

     

    La CFDT propose un dispositif négocié

    Point par point, les organisations syndicales ont commenté le préambule et les deux premiers articles du texte patronal, indiquant les lignes rouges de la négociation.

    La CFDT a pris le Medef à son propre jeu d’un « changement de paradigme », lui proposant de troquer son « pas de dialogue social sauf exception » contre la possibilité d’organiser différemment les modalités du dialogue social si celui-ci fonctionne dans l’entreprise, c’est-à-dire par accord majoritaire.

     

    « Nous avons identifié aujourd’hui que nous avons beaucoup de travail à faire compte tenu des points durs des uns et des autres et des précisions à apporter », a indiqué le négociateur du Medef, Alexandre Saubot, tout en soulignant que l’instance unique proposée dans le texte patronal constitue « le cœur du projet » au-delà duquel « des marges de manœuvre existent ».

     

  • [Vidéo] “La loi Macron est un patchwork flou”

    Invité de France Info le 20 novembre 2014, Laurent Berger a réaffirmé son opposition à toute forme de généralisation du travail dominical.